Sélectionner une page

pérégrinations littéraires

SETE- LODEVE- SAINT HYPPOLITE DU FORT
26 et 27 septembre 2020 : SETE, ma participation  annulée. Je suis désolé de poster ce message le 25 au soir : « Amis organisateurs et bénévoles sétois, auteurs et éditeurs que je connais, l’attrait de cette belle manifestation et si belle ville, les lumières qui se réverbèrent sur le canal lorsqu’on passe sur les ponts, tout ça et le reste, désolé, une vilaine bête que j’imagine noire et rouge, velue et pustuleuse, nous guette et attaque chacun et davantage encore les proies dans mon genre marquées dans leur chair et leur esprit par une opération traumatisante, une pneumonie aggravante, cette bête donc a raison de ma volonté, j’abdique, je ne viendrai pas demain.
Dommage pour tout, spécialement pour ma fresque historique d’un petit pays dans le grand, doublée d’un roman contemporain, elle plait ailleurs, elle aurait plu aussi ici, qui sait? »
Le 26, « Le vent violent se lève, il faut tenter de vivre ». Il ne s’agit pas du tout du vent décrit par Paul Valéry mais d’ un vent violent et froid, la température baisse de plusieurs degrés. Ma peur du virus a sans doute été salutaire. J’aurais pu attraper aussi bien un rhume ou la grippe, brr, les premières photos des auteurs méconnus installés sur le parvis de la médiathèque me donnent froid, des amis sètois , au téléphone, confirment cette impression.
LODEVE : Enfin 3 de mes livres sont en vente dans LA librairie lodévoise « Un point un trait », une très belle librairie, spacieuse, aérée, moderne et ouverte sur un jardin. Stephan, le libraire  indépendant, pratique comme j’aime que le fassent les libraires : il vérifie mes éditeurs, il regarde la présentation, il va lire « Désert intérieur », « Une forme de joie » et « Les étrangers du Val de Londres ». C’est formidable! Seule sa lecture peut inciter un libraire à promouvoir un auteur que les médias ne valorisent pas. C’est grâce à des libraires qui me lisent que mes livres se vendent dans l’Aude,L’hÉRAULT, le Gard, les P O…À suivre donc.
ST HYPPOLITE DU FORT : Justement, un libraire qui me lisait a pris sa retraite. Tant mieux pour lui, ils(il et elle, sa femme tenait la comptabilité et la caisse) le méritent. Bonne retraite aux Coularou. J’ai pris contact avec les repreneurs, un couple jeune et plein d’idées. Ils ont commencé par changer le nom et, puisque Saint Hyppolite du Fort rime avec Cigales et Seigle, ils ont appelé leur boutique « la cigale à lunettes », il en faut parfois pour lire. Nous avons échangé plusieurs fois, nous nous connaissons mieux. Ils ont choisi quelques uns de mes bouquins, les 3 précédemment cités et invité à une dédicace VENDREDI 9 OCTOBRE DE 10H À 12H15.
Un point commun à mes rencontres avec les libraires, ceux-là et plusieurs autres dans l’Hérault et le Gard est l’excellent accueil qu’ils réservent, sans encore l’avoir lu, aux « Étrangers du Val de Londres ». Son thème enraciné dans un « pays », le croisement de l’histoire de ces communes réunies autour de ce label avec l’Histoire de France et les aventures de mon héros, les 3 ans de recherche et d’analyse d’archives, privées et publiques que ce roman historique a nécessités, les cartes postales anciennes, je ne sais lequel de ces facteurs, combiné au volume (400 pages), à la qualité de l’impression (polices , centrage du texte, espaces) et au prix (16€) motive le plus leur engouement. L’ensemble, sans doute.